Agression dans lEst : Des excutions sommaires, bombardements aveugles, HRW souponne la contribution du Rwanda dans ces oprations du M23 | Politico.cd

#PoliticoCD. | Agression dans lEst : Des excutions sommaires, bombardements aveugles, HRW souponne la contribution du Rwanda dans ces oprations du M23 | Politico.cd

Dans un nouveau rapport publi ce lundi 25 juillet, lONG Human Rights Watch a retrac les diffrents dgts enregistrs depuis lexhumation du mouvement terroriste du M23 dans la province du Nord-Kivu, lEst de la Rpublique Dmocratique du Congo.

Dentre le jeu, Human Rights Watch renseigne que le M23 a tu sommairement au moins 29 civils depuis la mi-juin 2022 dans des zones sous leur contrle. Cette structure dit craindre de plus en plus que la force rebelle abusive, largement inactive depuis une dcennie, ne reoive le soutien rwandais pour ses oprations dans la province du Nord-Kivu.Des tmoins ont dclar Human Rights Watch que le 21 juin, aprs avoir combattu autour du village de Ruvumu, les rebelles du M23 ont tu sommairement au moins 17 civils, dont 2 adolescents, qu’ils ont accuss d’avoir inform l’arme congolaise de leurs positions et de leurs cachettes. Certains ont t abattus alors qu’ils tentaient de fuir, tandis que d’autres ont t excuts bout portant.

– Publicit-

Bombardements aveugles Cette organisation internationale note dans son rapport que l’utilisation d’armes explosives telles que des obus de mortier a t de plus en plus prdominante dans le conflit actuel et il y a eu des cas de bombardement transfrontalier.En effet indique ce rapport, le 23 mai, une douzaine d’obus ont frapp le territoire congolais dans et autour de Katale et Rumangabo, environ 45 kilomtres au nord de Goma, la capitale rgionale. Ces abus auraient t licencis de l’autre ct de la frontire voisine avec le Rwanda. Un obus a dtruit une cole primaire Katale quelques heures seulement aprs que les enfants aient quitt les lieux – l’arme congolaise a accus les Forces de dfense rwandaises (RDF) d’avoir tir l’obus, mais ils ont ni l’allgation.Human Rights Watch dit avoir ainsi examin un rapport indit, dat du 10 juin, du mcanisme largi de vrification conjointe (EJVM), qui est compos d’experts militaires des pays membres de la Confrence internationale sur la rgion des Grands Lacs. A len croire, le rapport indiquait que des enqutes balistiques taient ncessaires pour dterminer l’origine du bombardement. En vertu du droit international humanitaire, les coles sont des biens civils protgs et les attaques contre elles sont interdites moins qu’elles ne soient utilises des fins militaires , peut-on lire dans ce rapport.
L’unit rgionale a galement rapport que quelques heures plus tt, des obus apparemment tirs du ct congolais de la frontire avaient frapp le territoire rwandais, blessant grivement une femme et son bb de 10 mois et dtruisant des cultures et des structures civiles dans le district de Musanze , ajoute cette organisation.

En outre, le rapport du mcanisme largi de vrification conjointe (EJVM) consult par Human Rights Watch a not que la RDC et le Rwanda ont tous deux ni que de tels bombardements transfrontaliers aient t commis par leurs propres troupes.Le 10 juin, des tirs de mortier provenant d’une position M23 ont tu 2 garons, gs de 6 et 7 ans, Biruma. Ses intestins sortaient, son corps tait dchiquet et ses mains coupes , a dclar la mre de l’enfant de 7 ans avant dajouter qu Il tait all nourrir les chvres avec son ami . Un garon de 5 ans a galement t bless. Des maisons prs de la grve ont t partiellement dtruites , a dclar la mre.Le 1er juillet, un obus M23 a tu un garon de 13 ans et bless 2 autres civils Kisiza. Le lendemain, d’autres obus de mortier rebelles ont tu au moins une femme et en ont bless huit autres dans un march de fortune dans une cour d’cole Katwa. Des tmoins ont dclar que des obus avaient explos dans la fort environnante les deux jours.Soutien rwandais au M23 Depuis le dbut des hostilits, les autorits congolaises ont accus plusieurs reprises et ouvertement le Rwanda de soutenir le M23.

Le 26 mai, les rebelles du M23 ont avanc sur la principale base militaire congolaise de Rumangabo et ont attaqu la ville voisine de Kibumba, 30 kilomtres au nord de Goma. Deux jours plus tard, deux soldats rwandais ont t capturs du ct congolais de la frontire et remis aux autorits militaires. Larme rwandaise (RDF) a dclar que les deux soldats avaient t enlevs alors qu’ils taient en patrouille le long de la frontire par des combattants des FDLR, qu’il accusait de collaborer avec l’arme congolaise. Le Mcanisme Elargi de Vrification Conjointe (EJVM) a dploy une quipe pour enquter sur la rclamation et a interrog les deux soldats alors qu’ils taient en dtention Kinshasa. Dans un rapport indit dat du 14 juin, que Human Rights Watch a examin, l’quipe d’enqute a conclu que les deux soldats rwandais entraient illgalement sur le territoire [de la RDC ] dans le cadre d’une patrouille de reconnaissance de huit hommes la recherche de l’ennemi qui a bombard le territoire du Rwanda le 23 mai. Les deux soldats ont t rendus au Rwanda en juin. la suite des attaques du M23 contre Rumangabo et Kibumba, neuf rsidents locaux, qui ont t interrogs sparment, ont dclar Human Rights Watch qu’ils avaient vu des troupes du FDR parmi les assaillants , rapporte ce rapport qui affirme que tous ont dcrit des combattants portant des uniformes RDF, certains d’entre eux montrant un cusson du drapeau rwandais, portant des casques militaires et portant des radios sophistiques .Aussi, HRW rvl que le rapport du 10 juin de l’EJVM a not que les responsables de l’arme congolaise ont prsent des armes et des munitions, un uniforme tiquet RDF, un casque et d’autres fournitures militaires qu’ils affirmaient que les troupes congolaises n’utilisaient pas, mais qui avaient t rcupres sur le champ de bataille la suite des combats de Rumangabo et de Kibumba. Le rapport indiquait que, contrairement l’arme congolaise, le RDF n’a pas montr ses positions et les types d’armes qu’il utilise . Il a dclar qu’une enqute plus approfondie tait ncessaire sur l’origine du matriel militaire collect par l’arme congolaise.Par ailleurs prcise la mme source, le prsident rwandais, Paul Kagame, a reconnu les tensions entre son pays et le Congo. Cependant, il a ni les allgations de soutien rwandais au groupe arm M23. son tour, Kagame a accus l’arme congolaise et la MONUSCO de collaborer avec les FDLR, dont certains dirigeants ont pris part au gnocide de 1994 au Rwanda.

De son ct, le gouvernement rwandais et le M23 ont accus l’arme congolaise de collaborer avec les FDLR et de fomenter la haine contre les rwandophones et les communauts ethniques tutsis.

Carmel NDEO

Source: Chanzo: PoliticoCD.

About Rédaction Kinshasa

Check Also

Afrika Kusini: Wachimba madini haramu washambuliwa na wenyeji

#VOA. | Afrika Kusini: Wachimba madini haramu washambuliwa na wenyeji

Zaidi ya watu 300 walikusanyika katika mji wa madini wa Mohlakeng, ulioko umbali wa kilomita …

Arrestation de Mme Marie Masemi :  l'opposition l'utilise pour diffamer et injurier les autorits officielles  (bureau de Mboso) | Politico.cd

#PoliticoCD. | Arrestation de Mme Marie Masemi : l’opposition l’utilise pour diffamer et injurier les autorits officielles (bureau de Mboso) | Politico.cd

Aprs l’arrestation dans la nuit du samedi 6 aot dernier de Marie Masemi, 69 ans, …